Tous les hommes veulent du sexe et de la sodomie

formulaire fake 1

Combien de fois avons-nous entendu cette phrase -Tout ce que les hommes veulent, c’est du sexe, c’est baiser et c’est tout- ? Avec une bonne sodomie c’est encore mieux ! Quand j’avais 17 ans, j’étais sûr que c’était vrai, que j’avais une bite à la place du cerveau et que j’allais niquer non stop. À 37 ans, je me suis dit que ce n’était peut-être pas vrai.

Les hommes ne pensent qu’à baiser !! Et à la sodomie !!

Faut dire que je baisais pas non plus à chaque fois que j’en avait envie ! Et je n’enculais pas non plus à chaque fois. Et maintenant que j’ai 73 ans, je sais que ce n’est pas vrai. Maintenant, ne vous méprenez pas, le sexe peut être merveilleux à tout âge, mais il y a quelque chose qui est plus importante que le sexe, mais c’est quelque chose que les hommes ont du mal à admettre et que les femmes ont du mal à donner. Top plan cul à découvrir

Cette compréhension de la sexualité et de la baise s’est lentement imposée à moi et est devenue plus évidente pour moi dans mon groupe d’hommes. Je rencontre régulièrement six autres gus depuis huit ans et le sexe est un sujet qui revient dans nos discussions depuis des années. Comme tous les mecs, nous sommes quelque peu compétitifs et nous voulons tous être considérés comme ayant du succès, mais nous avons aussi appris à être honnêtes les uns avec les autres. Nous ne parlons pas seulement de nos succès sexuels, mais aussi de nos échecs, de nos peurs et de nos problèmes.

Dès mon plus jeune âge, j’ai appris que vouloir du sexe était synonyme d’être un homme. L’objectif étant de baiser le plus de nanas possible en les faisant grimper aux rideaux pour que ces coquines ne puissent plus se passer de vous. Même avec un autre homme comme si c’était aussi un signe de virilité que d’enculer un autre homme ou de se faire enculer. Au lycée, je me souviens avoir entendu une fille que j’aimais parler d’un type que nous connaissions tous les deux. Elle ne se plaignait pas qu’il était préoccupé par le sexe, mais qu’il « ne me draguait pas comme le font les autres gars ». Elle a poursuivi en disant à sa petite amie : « Il n’est pas très viril. » Le message était clair : les « vrais hommes » veulent du sexe et si vous ne « draguez » pas une fille, vous n’êtes pas un vrai homme. Si vous la baisez mal non plus. Si vous avez une petite bite faites la jouir en la branlant et en la léchant, elles adorent le cunni.

Les bonnes pratiques du sexe

Cette première leçon a été validée au fil des ans : Toujours vouloir du sexe est la marque de la virilité pour beaucoup. Il vaut mieux être refusé encore et encore et être considéré comme un connard totalement préoccupé par le sexe que de vouloir quelque chose de plus que du sexe et d’être considéré comme « moins qu’un homme ».

Alors, qu’est-ce que les hommes veulent de plus que le sexe ? Nous avons tous entendu dire que les femmes ont besoin de se sentir aimées pour avoir des relations sexuelles, mais que les hommes ont besoin d’avoir des relations sexuelles pour se sentir aimés. Examinons plus en détail ce que les hommes obtiennent exactement lorsqu’ils ont des rapports sexuels. Bien sûr, il y a le plaisir physique, mais il y a un besoin plus profond qui est d’être satisfait. J’appelle cela le besoin d’une sphère de sécurité.

Le monde des hommes est un monde de compétition et même question bite c’est à celui qui a la plus grosse, la plus solide, la plus robuste. Au niveau le plus élémentaire, les hommes rivalisent avec d’autres hommes pour avoir accès aux femmes les plus désirables et les plus chaudasses. Les hommes font les avances et les femmes décident quels hommes elles accepteront. Bien sûr, à l’époque moderne, ces rôles sont moins rigides qu’autrefois, mais pour la plupart, que nous soyons des animaux ou des gens, nous nous pavanons et espérons que cela suffira à nous faire choisir par la femme que nous recherchons.

Le fait de la sauter nous donne un sentiment de paix et de retour à la maison qui va bien au-delà du simple plaisir sexuel. Bien sûr, je parle ici des hommes hétérosexuels. Il y a une dynamique similaire dans le monde gay, mais ici je vais me concentrer sur les hommes et les femmes.

Beaucoup d’entre nous se souviennent des premières boums auxquelles nous avons assisté. Si vous vouliez tenir une fille dans vos bras, vous deviez faire la longue traversée à travers la salle sous les yeux de tous et demander à la fille de danser. Si elle acceptait, vous étiez au paradis. Si elle refusait, tu étais en enfer. La clé ici est que vous devez vous rendre vulnérable au rejet pour tenir une fille dans vos bras et être tenu par elle.

Lorsque nous devenons adultes, nous avons déjà été battus et meurtris par le monde de la compétition et du rejet. Nous aspirons à cette sphère de sécurité où nous n’avons pas à faire semblant d’être quelque chose que nous ne sommes pas pour être choisis. Nous aspirons à quelqu’un qui nous voit pour ce que nous sommes et qui nous veut quand même, qui peut nous tenir et toucher, non seulement notre corps, mais aussi notre cœur et notre âme.

« Toujours vouloir du sexe » fait partie du personnage masculin que nous portons pour montrer que nous sommes virils. Ce que nous voulons vraiment, c’est un havre de sécurité où nous pouvons nous réfugier, nous détendre et être soignés. En d’autres termes, nous voulons avoir le sentiment d’être nourris, ce dont la plupart d’entre nous n’ont pas eu assez quand nous étions enfants. Mais en admettant ces besoins, nous nous sentons comme des petits garçons, et non comme de grands hommes forts. Il vaut mieux être viril avec notre désir sexuel et ensuite, une fois que nous sommes dans son corps, nous pouvons nous détendre, être nous-mêmes et être imprégnés d’amour. C’est le désir caché que nous avons lorsque nous faisons l’amour.

Sodomie et bonne envie de baiser

formulaire fake 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *